Balade à vélo dans la métropole de Bordeaux :

la presqu’île d’Ambès

J’ai eu un coup de cœur pour une balade à vélo et je suis impatiente de t’en parler aujourd’hui. C’est une balade autour de la presqu’île d’Ambès ; la presqu’île de Bordeaux Métropole. J’ai déniché cette sortie originale et assez méconnue dans le livre « Bordeaux à vélo» de Claude Feigné et Brigitte Durgeon.

Elle possède tous les ingrédients que j’affectionne : la nature, le patrimoine, le vin. Et, une fois de plus, tu n’as pas forcément besoin de ta voiture pour te rendre au point de départ.

Le circuit peut être complété en une journée, mais, avec un bon plan dont je te parle un peu plus bas, tu peux aussi profiter des lieux le temps d’un weekend.

point de départ de la balade de la presqu’île d’ambès

Il y a au total 41 km. Si tu prévois la journée, tu as le temps d’apprécier la découverte, le parcours est facile et sans dénivelé. La majorité du parcours ne passe pas par des pistes cyclables dédiées, mais les routes sont assez larges pour rouler confortablement.

Je suggère de faire la balade le weekend pour éviter, surtout sur la route côté Garonne, la fréquentation élevée des voitures.

Pour rejoindre le point de départ, soit la gare SNCF de la Gorp à Ambarès-et-Lagrave, tu as plusieurs options :

En train depuis Bordeaux (ligne Bordeaux-Angoulême).

En vélo depuis chez toi (ce que j’ai fait, je te le raconte plus bas).

En tram (ligne A) jusqu’au terminus de Carbon Blanc. Puis, tu rejoins le point de départ à vélo, 6 km plus loin.

 

Puis, il suffit de suivre la signalétique pour les vélos menant à Saint-Vincent de Paul et Ambès.

Mon périple pour arriver au point de départ

Ce passage de l’article s’adresse aux amoureux de vélo et de slow tourisme qui vivent à Bordeaux rive gauche et qui commencent la balade depuis chez eux.

Pour arriver jusqu’à Ambarès-et-Lagrave il faut traverser la Garonne. Donc emprunter le pont de pierre, le pont Chaban ou le pont d’Aquitaine.

J’ai choisi ce dernier et je tenais à te raconter mes aventures, car je le redoutais un peu. À ma surprise, j’ai réussi sans trop de peine. J’ai trouvé la montée progressive et avec un vélo à vitesses, c’est tout à fait faisable. Certes, il y a le bruit de la circulation automobile, mais la piste cyclable est bien protégée par des barrières. Et surtout, je l’ai vite oublié quand, une fois en haut, je me suis arrêtée pour premièrement me féliciter d’avoir rejoint le sommet et ensuite admirer le panorama.

J’ai pu découvrir le Vieux Lormont, la cité du vin, le pont Chaban-Delmas… Je te recommande de le faire au moins une fois. Regarde un peu :

que découvrir lors de la balade à vélo de la presqu’île d’Ambès

• La charmante route arborée André-Merleau-Ponty,

• Les voûtes en ogive du pont de Cubzac,

Le pont de Cubzac, inauguré en 1839, a été reconstruit par Gustave Eiffel en 1879 ; une violente tempête l’ayant rendu inaccessible en 1869. En 1944, les Allemands font exploser le pont. Et c’est alors le petit-fils de Gustave Eiffel, Jacques Eiffel qui assure sa reconstruction en 1947.

• Pénétrer dans le Grand Marais à l’issue de l’impasse rue Pierre-Mérigon pour contempler la faune locale.

Ces vastes prairies humides de 296 hectares rappellent le Nord-Médoc et ma balade autour d’Ordonnac. On peut apercevoir des chevaux et des vaches paissant, des canards, des hérons cendrés…

Afin de préserver ces étendues, les marais de la presqu’île furent classés « Natura 2000 » en 2006.

Ici, beaucoup pratiquent la chasse, habituelle sur la presqu’île d’Ambès. On dénombre environ 70 tonnes, ces cabanes dissimulées en retrait d’un plan d’eau. Si tu passes par là-bas, fais bien attention.

• Pédaler le long de la route jusqu’à Ambès, au plus proche de la Dordogne.

On retrouve les carrelets si typiques en Gironde. Il y a aussi de charmantes demeures à découvrir. En chemin, côté estuaire, tu repèreras aussi un banc t’invitant à t’assoir et à profiter du paysage offert par la Dordogne. La rivière est animée par des voiliers ou des bateaux à moteur. À marée basse, le soleil reflète sur la petite plage de vase. C’est agréable d’être ici, à savourer cette beauté naturelle.

• Le belvédère au lieu-dit Tillède nous offrant un point de vue unique sur le village de Bourg.

Ici encore, le cadre te convie à t’arrêter pour déguster un goûter, un pique-nique, prendre un apéritif… et simplement apprécier les lieux. Ou pourquoi pas, revenir à l’aube pour admirer un lever de soleil sur la Dordogne. Je suis certaine qu’il est aussi inoubliable que celui depuis la dune du Pilat.

• L’île d’Ambès, en amont des autres îles constituant un archipel dans l’estuaire de la Gironde.

• Les raffineries de pétrole et entreprises de chimie qui se sont installées le long de la Garonne à l’écart des zones urbaines.

Au fur et à mesure de la balade de la presqu’île d’Ambès, tu t’aperçois de l’extrême contraste entre le cadre de la première partie de la balade côté Dordogne : sauvage, naturel, préservé et la seconde partie où se sont développées les industries.

• Les chartreuses du XVIIIe siècle qui étaient, entre autres, les résidences secondaires de riches Bordelais.

On découvre aussi des propriétés viticoles comme château Sainte-Barbe, Vigneron Indépendant et labellisé Vignobles et Découvertes. Tu peux donc ponctuer la balade à vélo d’une visite et dégustation.

En parlant de vin, connais-tu le terme « vins de palus » ? Ce sont des vins provenant de sols sablonneux situés en bordure de cours d’eau ou sur d’anciens marais asséchés. Considérés comme médiocre, ils prirent de la valeur lors de l’apparition du phylloxéra, car un des recours à l’invasion de ce puceron était d’inonder les parcelles.

• L’usine Kapla qui fabrique, depuis 1987, des jeux de construction en planchettes de bois.

• Se sentir à nouveau loin de tout sur le quai de pierre « Peyrat » dans le hameau Jourdane entre les carrelets et les bateaux amarrés.

Les photos de la balade de la presqu’île d’ambès

Crédit photos David Da Silva

Avec ces belles images en tête, le chemin du retour nous mène à la gare SNCF d’Ambarès-et-Lagrave ou vers Bassens et le port autonome de Bordeaux pour un retour plus direct en ville.

 

Idée de weekend en été pour la famille et les amis

Pour prolonger la sortie et éviter de pédaler 41 km ou plus en une journée, je te propose de passer une nuit dans le refuge périurbain « la Vouivre » installée au bord du du parc Cantefrêne à Ambès.

Connais-tu les refuges périurbains ? Ces œuvres d’art, qui encerclent la métropole, dans lesquelles il est possible de dormir gratuitement. Elles ont toutes une architecture unique pour se dissimuler dans l’environnement.

Tu aurais alors plus de temps pour explorer les environs, parcourir les marais, pique-niquer au bord de l’eau, faire une visite et dégustation…

De quoi passer un weekend original et insolite et cela aux portes de Bordeaux !

Et pourquoi ne pas également en faire profiter tes amis qui viennent te rendre visite à Bordeaux ? De bons souvenirs en perspective.

Voici le lien du refuge de la Vouivre.

Si les nuits sont déjà toutes prises, tu trouveras également les refuges « le Prisme » à Ambarès-et-Lagrave et « la Nuit Américaine » à Bassens.

Belles balades à Bordeaux et en Gironde !

Le monument aux Girondins

Le monument aux Girondins

Que nous dévoile le monument aux Girondins, œuvre emblématique du patrimoine bordelais ? Voici ici quelques clefs pour mieux le comprendre.

lire plus
5 1 vote
Évaluation de l'article
Fleur explore Bordeaux

Inscris-toi à la newsletter du blog pour ne manquer aucun article !

En cadeau, 15 idées de balades pour te ressourcer en pratiquant le slow tourisme

En t'abonnant à cette newsletter, tu acceptes la Politique de Confidentialité.

Merci et bienvenue sur le blog !

Pin It on Pinterest

Share This