La forteresse médiévale de Blanquefort

La commune de Blanquefort hérita de son nom et de ses pierres. Au Moyen Âge, ce blanca fortis – ou fort blanc – était une forteresse au cœur des stratégies militaires de la France et l’Angleterre. Situé aujourd’hui sur une propriété privée, le site est ouvert aux visites grâce à une association de bénévoles amoureux de patrimoine et d’archéologie : le GAHBLE.

Forteresse de Blanquefort
Prairies à Blanquefort
Vestiges forteresse militaire

Le Gahble, une association patrimoniale

Tout commence en 1961, après l’effondrement d’une des tours du donjon. L’année suivante, des bénévoles se mobilisent pour mettre à jour les vestiges – masqués par la végétation – de cette forteresse abandonnée. L’association « le chantier d’archéologie médiévale de la forteresse de Blanquefort » se constitue.

Puis, en 1984, le Groupe d’Archéologie et d’Histoire de Blanquefort, le GAHBLE, est fondé, regroupant ainsi cette association et « les amis du vieux Blanquefort ».

La vocation du GAHBLE : étude, sauvegarde et mise en valeur du patrimoine historique de la forteresse

LE GAHBLE se passionne pour la forteresse et le patrimoine historique qu’elle représente. Ils ont aussi plaisir à partager leur savoir. Cette volonté se traduit par différentes actions telles :

  • Des sondages archéologiques
  • Des chantiers d’entretien et de consolidation afin de sauvegarder l’édifice et préserver ce patrimoine
  • L’accueil du public pour partager leur savoir et l’histoire de la forteresse
  • Des conférences d’Histoire de l’Art

Entre 1966 et 1984, sept campagnes de fouilles sont entreprises. Certains fragments d’objets restituent une occupation humaine dès la protohistoire, soit 3000 ans avant JC. Ils sont exposés à la Maison du Patrimoine de Blanquefort, lieu du siège de l’association GAHBLE.

Quand visiter la forteresse

Canonnière
Visites des vestiges
Boulets

Un dimanche par mois, entre 10h et 17h, le public peut accéder au site gratuitement afin de découvrir l’histoire et les vestiges de l’édifice. Le GAHBLE publie sur son site internet les dates d’ouverture. L’association propose aussi d’autres animations comme :

  • La journée médiévale « Si la Forteresse m’était contée »
  • Une chasse aux œufs de pâques
  • Des visites nocturnes

Une occasion de s’imprégner de l’histoire du site tout en s’amusant. Ces actualités sont partagées sur la page Facebook de la forteresse de Blanquefort.

Pourquoi la forteresse est-elle intéressante à visiter ?

L’atout historique de la forteresse : un emplacement stratégique

Blanca Fortis
Le Fort Blanc
Lavoir de Canteret

Durant le Moyen Âge, le château de Blanquefort était une forteresse militaire qui, grâce à sa situation géographique, devint une des plus importantes places fortes du Bordelais. Elle est édifiée au sommet d’une butte rocheuse ceinte de marais régulièrement inondés par de petites rivières, nommées jalles. Cette défense naturelle est un atout. Protégeant l’accès de Bordeaux par le nord, sa proximité avec la voie romaine médocaine lui permet aussi d’assurer sa surveillance.

périodes clefs dans l’histoire de la forteresse médiévale de Blanquefort 

Selon les écrits, le site fut d’abord la résidence des seigneurs de Blanquefort, autrement dit un château-fort. Il est aussi évoqué une éventuelle tour de défense en bois. Au XIe siècle, on y construit un donjon en pierre et des remparts.

quelques dates

    • 1152 : suite au mariage entre la duchesse Aliénor d’Aquitaine et le futur roi d’Angleterre, Henri II Plantagenêt, la Guyenne revient à la couronne d’Angleterre. Afin de se protéger des assauts français, les Anglais font du site un emplacement défensif.

    • 1308 : le propriétaire, Bertrand de Goth – neveu du pape Clément V – renforce l’édifice en y construisant des tours et une enceinte de pierre au niveau du pourtour de l’îlot.

    • 1453 : après leur victoire lors de la bataille de Castillon, les troupes royales françaises récupèrent Bordeaux. La forteresse est alors la propriété de Gaillard IV de Durfort, seigneur de Duras, Blanquefort et Villandraut. Fidèle à l’Angleterre, il promet néanmoins sa loyauté (qui sera de courte durée) au roi français, Charles VII.

    • Deux ans plus tard, Gaillard de Durfort fuit pour l’Angleterre. Le capitaine du roi français Charles VII, Antoine de Chabannes, est alors le nouveau propriétaire de la seigneurie de Blanquefort.

    Blanquefort : vue du château

    Blanquefort : vue du château

    Gravure du 19e siècle réalisée par Quartley John. Source : Bibliothèque municipale de Bordeaux

    Forteresse de Blanquefort

    Blanc Fort

    Blanc Fort [i. e. Blanquefort]

    Dessin du 17e siècle d’Hermann Van der Hem, (1619-1649). Source : Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie

    Seconde moitié du XVe siècle : la forteresse devient une place forte de Bordeaux

    Durant huit ans, Antoine de Chabannes met en place des campagnes de réfection afin d’accueillir et de résister à l’artillerie à feu. Rehausser et fortifier les murs, édifier de tours d’artilleries, adapter les courtines pour y ajouter des canonnières… Tout cela pour éloigner les assaillants. Avec ces transformations, la forteresse devient une place forte de Bordeaux. En 1463, Antoine de Chabannes sera condamné pour crime de lèse-majesté.

    L’abandon de la forteresse

    Au XVIIe siècle, l’édifice perd son rôle défensif et cesse d’être habité. Les marais sont asséchés et la forteresse est abandonnée à la fin du siècle. Avec l’édification du verrou de Vauban – Fort-Pâté, Fort Médoc et la citadelle de Blaye – le dispositif défensif militaire se déploie désormais ailleurs et autrement.

    Après avoir été confisquée à la Révolution, un entrepreneur rachète la forteresse pour l’utiliser comme carrière de pierre. On construit notamment quelques maisons blanquefortaises.

    Les « plus belles ruines » de Bordeaux

    En 1865, l’historien Léo Drouyn écrivait dans son ouvrage La Guienne militaire :

    « Ces dernières modifications placent, à mon avis, le château de Blanquefort au rang des monuments militaires les plus intéressants de la France […], comme une des places de guerre les plus importantes de la Guienne. Maintenant, il en est une des plus belles ruines. »

    Le site est classé aux Monuments historiques en 1862.

    Site agricole Forteresse Blanquefort
    Point de vue du Blanca Fortis
    Marais de Blanquefort

    Alors, dis-moi, connaissais-tu la forteresse ? Iras-tu y faire un tour ?

    Je te recommande la sortie, car, le site est, dans la métropole bordelaise, un lieu unique et c’est aussi l’occasion de faire des rencontres enrichissantes.

     

     

    Source

    *Patrick Grosjean, Blanquefort, une forteresse de la seconde moitié du XVe siècle, Éditions du Groupe d’Archéologie & d’Histoire de Blanquefort, 1994

    * Léo Drouyn, La Guienne militaire, tome second, 1865

    © David Da Silva

    0 0 votes
    Évaluation de l'article
    Fleur explore Bordeaux
    0

    Inscris-toi à la newsletter du blog pour ne manquer aucun article !

    En cadeau, 15 idées de balades pour te ressourcer en pratiquant le slow tourisme.

    Merci et bienvenue sur le blog !

    Pin It on Pinterest

    Share This